Communiqué de presse  
Nous ne cesserons pas de défendre la souveraineté du peuple cubain
17 janvier 2022

 

Le vice-ministre des affaires étrangères russe, Sergeï RYABKOV, a déclaré le 13 janvier dernier à Genève que son gouvernement pourrait déployer des troupes et des armes stratégiques à Cuba et au Venezuela si les tensions entre Moscou et Washington persistaient au sujet de la crise en Ukraine.

Ces déclarations ont provoqué une vague de perplexité et de surprise dans le monde et parmi les Cubains, tant dans l’île qu’à l’étranger, sans qu’une déclaration officielle de la Havane n’ait été rendue publique pour autant. Le gouvernement de Miguel Diaz-Canel a gardé un silence complice face à ces provocations qui remettent en cause l’indépendance et la souveraineté de Cuba. Le gouvernement actuel de Vladimir Poutine se croit en droit, comme à l’époque de la guerre froide, d’imposer son hégémonie sur Cuba en utilisant l’île comme un pion dans l’échiquier géopolitique international, dans le but de ne pas assumer sa responsabilité dans la crise de la frontière ukrainienne et de menacer les États-Unis et ses alliés de l’Union Européenne.

 

Le peuple cubain, qui vit sous la dictature castriste depuis 63 ans et souffre de violation de ses droits humains les plus élémentaires, doit supporter maintenant cette nouvelle humiliation, n’étant même pas représenté par ceux qui le gouvernent par la force et le répriment. L’opposition cubaine à l’intérieur de l’île, malgré l’énorme vague de répression, l’emprisonnement de beaucoup de ses leaders et les audiences sommaires sans garanties juridiques pour les citoyens qui ont manifesté pacifiquement le 11 juillet dernier, a exprimé à travers le Conseil pour la Transition Démocratique à Cuba sa consternation et protesté énergiquement contre l’ingérence russe et la complicité servile du gouvernement de Miguel Diaz-Canel.

 

Notre Association France pour la Démocratie à Cuba, composée de Cubains et Français qui luttent pour la défense des droits humains à Cuba et pour l’avènement d’une société démocratique, en solidarité avec les Cubains qui ne peuvent pas s’exprimer librement, se joint à cette protestation et exige du gouvernement russe la rétractation de ces déclarations d’ingérence, qui ne sont pas sans rappeler la tristement célèbre Crise des missiles de 1962, qui a mis le monde au bord d’une guerre nucléaire. Nous appelons aussi le gouvernement cubain à s’opposer avec fermeté à ces manœuvres humiliantes.

 

L’Association France pour la Démocratie à Cuba, devant la gravité de cette situation, demande au gouvernement français, pays qui préside le Conseil de l’UE :

  • qu’il prenne en compte ces provocations pendant les négociations avec la Russie au sujet de la crise dans la frontière ukrainienne,

  • qu’il aborde avec le gouvernement cubain l’incompatibilité de ces interventions avec l’Accord de dialogue politique entre l’UE et Cuba, lequel est soumis à un plus grand respect des Droits humains et une ouverture démocratique qui seraient impossibles avec la présence russe.

 

Nous ne cesserons de nous mobiliser avec la communauté cubaine partout dans le monde et les Cubains dans l’île jusqu’au retrait de cette ignominie du gouvernement de Moscou. Par conséquent, nous appelons à manifester devant les représentations russes le 29 janvier 2022 pour défendre la souveraineté cubaine, que son gouvernement laisse piétiner.

 

Alberto GUADALUPE MIRANDA

Président de l’Association France pour la Démocratie à Cuba

 

Armando VALDES ZAMORA

Secrétaire de l’Association France pour la Démocratie à Cuba

 

Ileana de la GUARDIA

Représentante en France du Conseil pour la Transition Démocratique à Cuba